Covid-19 et maladies cardiaques chroniques : quelles procédures pour rétablir un accès rapide à la cardiologie et à l’imagerie médicale ?

À l’heure du reconfinement partiel de certaines zones, il n’est pas toujours facile pour les patients d’accéder aux structures de soins. Parmi les populations les plus à risque en cas d’une surveillance moindre, celle concernée par les maladies cardiaques chroniques représente le plus fort contingent. Cet accès réduit aux structures de soins peut rompre le parcours de soin des patients fragiles, plus exposés à des forme graves d’infection à la COVID-19. Quelles sont les solutions pour pallier ce risque et rétablir un accès rapide aux unités de radiologie ou de cardiologie ?

Enjeux de prise en charge des maladies cardiaques chroniques

La Haute Autorité de Santé a émis une fiche concernant la prise en charge des personnes adultes atteintes de maladies cardiaques chroniques et /ou à risque de forme grave de COVID-19 dans le cadre de la crise sanitaire. Elle ne concerne pas les femmes enceintes qui font l’objet d’une fiche spécifique.

Trois objectifs concernent l’accompagnement des patients atteints de maladies cardiaques chroniques et /ou à risque de forme grave de COVID-19 :

  • Assurer la continuité de leur suivi et le rattrapage progressif de leur prise en charge ;
  • Accompagner le patient dans la décision partagée sur l’adaptation du mode de vie lors de la levée du confinement ;
  • Protéger et prévenir l’infection COVID-19 notamment chez les personnes les plus fragiles et exposées à des formes graves d’infection.

Dix réponses rapides pour optimiser la prise en charge médicale

Dans le but de remplir les objectifs définis par la Haute Autorité de Santé, dix réponses rapides ont été apportées :

  • Il est recommandé que le médecin traitant, spécialiste ou tout autre professionnel de santé reprenne progressivement et proactivement contact avec les patients notamment ceux dont les rendez-vous ont été annulés, les perdus de vue et ceux en situation de fragilité.
  • La ou les consultations médicales (en présentiel ou en téléconsultation) doivent permettre de :
    • Rechercher un possible épisode antérieur ou des symptômes de la COVID-19.
    • Évaluer le retentissement du confinement qu’il a pu avoir sur le patient et sur sa maladie chronique
    • Ajuster le plan de soins avec le patient pour la suite de la prise en charge.
  • La continuité ou l’initiation des activités éducatives peut être assurée à distance en individuel ou en groupe ; les activités en présentiel sont possibles en respectant les mesures barrière.
  • Si besoin, les professionnels de santé conseillent aux aidants de consulter leur médecin pour évaluer l’impact du confinement et de l’accompagnement de leurs proches sur leur propre santé, en particulier en cas de diminution ou d’absence de l’aide ou des prises en charges habituelles.
  •  Un ou plusieurs échanges entre la personne et le médecin ou l’équipe de soins permettent lui permet d’exprimer librement l’ensemble de ses souhaits, préoccupations et questionnements.
  • Le poids de chacun de ces éléments dans la décision sera appréhendé conjointement par le patient et le médecin ; l’état de santé ne peut être qu’un des éléments de la décision.
  • Il est important de laisser un temps de réflexion au patient et de l’informer qu’il peut à tout moment revenir sur ses décisions et en rediscuter.
  • Dès la prise de rendez-vous et à l’arrivée sur le lieu de soins, il est nécessaire de rechercher les symptômes de COVID-19 ou un contact avec une personne atteinte. Dans les lieux de soins, les mesures barrière sont fondamentales et doivent être appliquées systématiquement. Rassurer les patients sur la mise en place de circuits sécurisés est indispensable quant à sa prise en charge.
  •  En cas de symptômes évocateurs de la COVID-19 ou de contact récent avec une personne infectée, la recherche du SARS-CoV-2 par RT-PCR est indiquée.
  •  Avant une hospitalisation programmée chez les patients asymptomatiques et sans notion de contact, il est préconisé de proposer un test PCR dans les 24 à 48 heures précédant l’hospitalisation.

La téléconsultation comme solution d’accompagnement

Dans le cadre du suivi habituel dans ce contexte particulier, la continuité des soins sera assurée par le médecin généraliste ou le cardiologue, aidés par l’infirmier(e) libérale si nécessaire et éventuellement la télésurveillance pour les patients en bénéficiant.

La téléconsultation est, en ce sens, privilégiée. En effet, ces patients aux pathologies cardiaques sont à risque de développer une forme grave d’infection, conduisant à respecter de manière stricte les consignes établies pour prévenir tout risque de contamination par la COVID-19.

Il convient également de prendre en compte l’entourage de ces personnes fragiles car elles pourraient être infectées et transmettre le virus à un plus grand nombre. Il est impératif que ces personnes limitent les contacts sociaux comme la garde des enfants et petits-enfants ainsi qu’une restriction des sorties.

À l’issue d’une téléconsultation avec le patient, le médecin traitant ou le cardiologue peut être amené à réaliser une consultation en présentiel à tout moment s’il le juge nécessaire. Une entrevue à distance en amont peut être une solution pour juger des symptômes du patient et l’état de gravité de sa pathologie.

Enfin, deux outils viennent compléter les recommandations de la HAS :  

  • Un aide-mémoire, destiné aux médecins généralistes ou aux médecins traitants, pour aider les patients à évaluer les conséquences du confinement et des bénéfices et risques liés au déplacement hors du domicile et qui précise les éléments somatiques, psychologiques et sociaux.

Un document d’information et d’aide à la décision destiné aux usagers